Le procès de l’affaire « Marie Porte du Ciel » doit se dérouler ce jeudi. Les dirigeants de l’association de prières et leurs enfants ont été interpellés en décembre 2015 pour « abus de faiblesse et blanchissement d’argent ». Placé en détention provisoire dans un premier temps, Augustin Valencourt – gourou présumé de l’association – a ensuite été libéré et placé sous contrôle judiciaire en décembre 2016 dans l’attente de son procès. Il doit maintenant faire face à la justice.

Le procès de l’affaire « Marie Porte du Ciel » doit se dérouler aujourd’hui. En décembre 2015, quatre membres de la famille Valencourt étaient escortés vers le bureau du procureur puis du juge d’instruction en vue de leur mise en examen.

Maître Georges-André Hoarau, avocat des membres de la famille Valencourt qui seront jugés, a souhaité s’exprimer à la veille du procès. L’avocat met en question la hiérarchie du clergé : évêque et cardinaux sur l’autorisation d’un groupe de prière.

Mise en examen pour abus de faiblesse

Après plusieurs heures passées devant les magistrats, Augustin Valencourt, ex-policier et suspect principal de l’affaire ainsi que sa femme âgée de 74 ans ont été mis en examen pour abus de faiblesse et blanchiment d’argent.

Leur fille, âgée de 37 ans, a été mise en examen. Elle est poursuivie pour abus de faiblesse, blanchiment d’argent et recel. Le fils du couple, curé de l’église du Chaudron, a été mis en examen pour recel et blanchiment d’argent.

800 adeptes sous l’emprise du gourou présumé

Dans un premier temps, le couple de fonctionnaires à la retraite a été placé en détention provisoire pour éviter d’éventuelles pressions sur les témoins de l’affaire qui faisaient partie des quelques 800 adeptes de l’association.

Le chef de prières qui dirigeait l’association aurait eu une emprise tant sur les adeptes que sur sa famille. Augustin Valencourt, gourou présumé de l’association, aurait géré l’association comme une véritable entreprise qui effectuait des bénéfices importants et réguliers qui échappaient à toutes déclarations fiscales.

L’ex-policier et sa femme, une ancienne enseignante, manipulaient mentalement les adeptes pour leur faire acheter notamment des statuettes religieuses à des prix bien supérieur à la normale.

En deux ans, grâce à l’étude de leur train de vie et de leur compte bancaire, les enquêteurs ont découvert des mouvements financiers de plus de 350 000 euros, dont 110 000 euros de dépôt d’espèces. 3 voitures et deux motos achetées neuves, d’une valeur totale de 280 000 euros, ont également été saisies.

Les enquêteurs ont aussi identifiés des voyages payés en espèces. Certains d’entre eux pouvaient atteindre jusqu’à 40 000 euros. La famille Valencourt est ainsi partie en Inde, au Mexique, en Argentine et au Japon.

De plus, près de 47 000 euros ont été découverts dans la cure de l’église de leur fils curé.

3 millions d’euros de préjudice

Un peu moins d’un an après les faits, en août 2016, le gourou présumé de l’association, Augustin Valencourt, a été libéré et placé sous contrôle judiciaire.

L’association Marie Porte du Ciel a été créée il y a plus de 25 ans et le préjudice total est estimé à plus de trois millions d’euros

http://www.linfo.re/la-reunion/societe/720369-affaire-marie-porte-du-ciel-proces-du-gourou-presume